Cinq priorités en 2019

Dans notre commune, on ne soupçonne pas les amoureux

Dans notre commune, on ne soupçonne pas les amoureux

Pour les familles dont un.e conjoint.e est sans-papiers, trop de démarches (variables selon les communes), débouchent sur des reports, voir des refus, de mariage ou de cohabitation, ou encore, sur des difficultés à reconnaître un enfant. La reconnaissance d’un enfant et le droit au mariage ne doivent pas être dépendants du titre de séjour.

Notre commune ne doit entamer d’enquête sur les conjoints et mobiliser les capacités policières qu’en cas d’indice de fraude indépendant du titre de séjour.

Dans notre commune, on n'enferme pas les enfants

Dans notre commune, on n’enferme pas les enfants

Nous demandons que notre commune prenne fermement position pour la sortie des enfants et de leurs familles des centres fermés. Leur détention est intolérable ! Nous demandons au Conseil communal de relayer vigoureusement notre demande au Parlement fédéral.

Dans notre commune, tous les bâtiments vides sont des logements

Dans notre commune, tous les bâtiments vides sont des logements

Il est inacceptable que des gens continuent à dormir dehors alors que des bâtiments sont vides. Ces bâtiments doivent bénéficier aux personnes sans-abris ou sans-papiers, en tous cas, à toute personne en difficulté de logement. La liste des bâtiments inoccupés appartenant à la commune doit donc être rendue publique et tous ces bâtiments doivent être mis à disposition des personnes dont le droit au logement n’est pas respecté, en concertation avec les secteurs associatifs.

Parallèlement, notre commune doit rester solidaire avec l’hospitalité citoyenne et protéger les hébergeurs. Elle doit garantir un environnement sûr et propice à la défense des droits humains en la protégeant des sanctions, représailles ou intimidations.

Dans notre commune, la police ne cible pas les personnes sans-papiers !
Nous refusons que la police de notre commune participe aux opérations de contrôle d’identité sur base de l’irrégularité du séjour des personnes. Ces opérations coûteuses ne font pas partie des priorités de la police locale et elles précarisent le quotidien des personnes migrantes.

Les enfants ou des familles sans-papiers n’ont pas à être inquiétées sur le chemin de l’école, à la sortie des lieux de culte, ou dans les lieux où des services d’aide sont offerts.

Dans notre commune, la police ne cible pas les sans papiers

Dans notre commune, la police ne cible pas les sans papiers

Nous refusons que la police de notre commune participe aux opérations de contrôle d’identité sur base de l’irrégularité du séjour des personnes. Ces opérations coûteuses ne font pas partie des priorités de la police locale et elles précarisent le quotidien des personnes migrantes.
Les enfants ou des familles sans-papiers n’ont pas à être inquiétées sur le chemin de l’école, à la sortie des lieux de culte, ou dans les lieux où des services d’aide sont offerts.

Dans notre commune, Belges & étrangers paient le même prix pour les démarches administratives

Dans notre commune, Belges & étrangers paient le même prix pour les démarches administratives

Notre commune doit manifester son hospitalité par des éléments très concrets tels que les prix des démarches administratives. Elle doit agir directement dans l’amélioration des parcours des personnes étrangères en n’appliquant pas, ou en supprimant, les frais et redevances communales spécifiques aux étranger.e.s.

FAQ Guide citoyen