×

Réaction au briefing presse du Premier ministre

La Belgique ne peut se présenter les mains vides à la COP26

Communiqué de presse

28 octobre 2021

Le Premier ministre Alexander De Croo vient de tenir un briefing de presse en prélude à la COP26 qui débute ce lundi 1er novembre à Glasgow. Les coupoles Nord-Sud tirent la sonnette d’alarme : alors que le financement climat est un des enjeux les plus brûlants de la COP26, la Belgique va se présenter à Glasgow sans accord quant à sa contribution nationale au financement climat à l’horizon 2030.

« Les quatre ministres belges du climat doivent aboutir à un accord de répartition entre entités pour la période 2021-2030 (burden sharing) incluant un engagement chiffré, croissant et additionnel au budget de la coopération au développement coopération au développement
aide publique au développement
aide au développement
 » explique Rebecca Thissen, chargée de recherche sur la justice climatique Justice climatique au CNCD-11.11.11. L’argument des complexités du système belge ne peut constituer un frein à la solidarité internationale et aux engagements que la Belgique doit honorer dans le cadre de l’Accord de Paris Accord de Paris . »

Pour rappel, la promesse internationale d’atteindre 100 milliards de dollars annuels n’est pas honorée, alors que les besoins dépassent largement ce montant. L’Accord de Paris prévoit que les pays riches, dont la Belgique, rehaussent leurs promesses financières. Si les annonces faites par le gouvernement fédéral quant à l’augmentation de sa contribution pour l’année 2022 sont un premier pas dans la bonne direction, beaucoup plus doit être fait. Pour 2023, la Belgique devra mettre 500 millions d’euros sur la table, et la contribution devra encore augmenter les années qui suivent.

« C’est beaucoup d’argent, reconnaît Rebecca Thissen, mais il y a de nombreuses pistes pour lever des fonds, à commencer par allouer une part des revenus de la mise aux enchères des quotas de CO2. Et ce coût n’est rien en comparaison du coût de l’inaction climatique. L’accord intra-belge est essentiel pour garantir à tous de la prévisibilité, et donc renforcer la confiance entre les partenaires. Ainsi, l’absence d’un nouvel engagement de la Belgique à la COP26 sera jugée comme un échec. »

Restons en contact