×

Augmentation de la faim dans le monde : 10% de la population mondiale souffre de la faim

Communiqué de presse de la Coalition contre la faim

12 juillet 2021

Ce lundi 12 juillet, la FAO, le FIDA, l’OMS, le PAM et l’UNICEF publient leur rapport annuel intitulé « L’État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde ». Alors que près de 10% de la population mondiale est en insécurité alimentaire, la Coalition Contre la Faim appelle à une transformation radicale de nos systèmes alimentaires.

En 2020, les auteurs du rapport estiment que 720 à 811 millions de personnes ont été confrontées à la faim. Cela représente une augmentation de 30 à 121 millions de personnes par rapport aux chiffres de l’année précédente [1]. Près de 10% de la population mondiale a été touchée par la faim, contre 8,4% en 2019.

En adoptant les Objectifs de développement durable, les Nations Unies se sont engagées à réduire à zéro le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde d’ici 2030. Or force est de constater que d’année en année, les chiffres ne font qu’augmenter depuis 2014. En chiffres relatifs comme absolus, la situation empire. Le rapport de cette année sonne le glas de cette promesse. Les auteurs du rapport partagent même leur pronostic pour 2030 : 660 millions de personnes souffriront de la faim, dont 30 millions en conséquence directe de la pandémie et ses effets.

En effet, la récession due au Covid-19 Covid-19
Coronavirus
covid-19
coronavirus
s’ajoute aux conflits et aux dérèglements climatiques parmi les causes principales de la faim et de la malnutrition dans le monde. Les conflits restent la première source d’insécurité et causent de nombreuses famines, la forme la plus sévère d’insécurité alimentaire. Le réchauffement est, quant à lui, de plus en plus inquiétant d’année en année, le patron du Programme alimentaire mondial David Beasley allant même jusqu’à l’épingler comme cause principale de la famine sévissant actuellement à Madagascar.

La Coalition Contre la Faim (CCF) se joint à l’appel des Nations Unies qui, à la sortie de ce rapport, appelle les dirigeants à agir maintenant, sans quoi la situation ne fera qu’empirer d’année en année.

Pour Amaury Ghijselings, coordinateur de la CCF, « la pandémie est un révélateur de l’inefficacité de nos systèmes alimentaires. Chaque pays, y compris la Belgique, doit allouer une plus grande part d’aide au développement coopération au développement
aide publique au développement
aide au développement
à l’alimentation, afin de contribuer à éviter des famines. Au-delà, nos systèmes alimentaires doivent radicalement changer pour élaborer des systèmes alimentaires justes et durables. Co-construire les politiques agricoles avec les organisations paysannes, soutenir l’agroécologie comme alternative à l’agroindustrie, renforcer la résilience face au changement climatique, lutter contre le inégalités sociales et les inégalités de genre et bien sûr, réguler le commerce international sont quelques-unes des conditions indispensables en vue d’espérer un jour éradiquer la faim dans le monde
 ».

[1La pandémie de Covid-19 a compliqué la collecte de données et pour la première fois, le rapport communique une fourchette au lieu d’un chiffre précis. {}

Restons en contact